Démocratie

Le Sénégal est connu comme pays stable et d’une démocratie exemplaire en Afrique de l’Ouest, avec des transitions politiques pacifiques. En même temps le Sénégal vit les défis d’une population à majorité jeune et souvent en manque de perspectives dans leur pays. La migration à la recherche de perspectives sous d’autres cieux est alors érigée en voix de salut par une importante frange de la population.

En matière d’égalité de genre, le Sénégal présente un contexte juridique favorable avec notamment une loi sur la parité votée et adoptée depuis 2010 et la majorité des conventions internationales relatives aux droits des femmes ratifiées. Malgré 41,8% de députées femmes dans le parlement actuel, cet acquis reste encore fragile et a toujours besoin d’être défendu, renforcé et institutionnalisé à tous les niveaux des instances électives. La réalisation d’une vraie égalité des genres reste dès lors un défi majeur au Sénégal.

Dans ce contexte, la Fondation Heinrich Böll à travers son Programme Démocratie s’engage avec ses partenaires à travailler pour une vraie égalité entre les genres et pour une vision inclusive de la question des migrations qui en intègre tous les aspects, autant à l'échelle  interne, sous-régionale ou internationale. Par ailleurs, il importe de souligner que la croissance démographique importante notamment dans la frange jeune, combinée au dynamisme réel des mouvements sociaux de jeunes au niveau national constitue une bonne opportunité d’action pour la Fondation Heinrich Böll. Ainsi l'accent est mis sur la promotion d'une plus grande représentativité des femmes dans les instances politiques, mais également sur la dimension du droit international dans la question des migrations.

Publications récentes

Closed Ports, Dubious Partners

E-Paper

This study shows that port closures are governed not only by the law of the sea and human rights law, but also by WHO law and that non-refoulement obligations continue to apply even in emergency situations while a derogation is not permissible under international law.

Perspectives #01/2018: The Quest for Political Accountability: Change Agents, Openings and Dead Ends

Since the third wave of democratisation swept through the continent in the 1990s, the majority of African states have replaced military dictatorships and one-party-dominant systems with more democratic forms of governance. Today, 61 percent of sub-Saharan countries are “free” or “partly free” according to Freedom House’s 2018 survey – although this is down from a high of 71 percent in 2008.