Transformer les systèmes alimentaires africains pour qu'ils résistent à un monde à +2°C

L'Afrique est un continent riche en terres, en pêche, en ressources naturelles et en diversité bio-culturelle, qui sont autant d'atouts essentiels au bon fonctionnement du système alimentaire[i]. Malgré cela, les Africains restent parmi les citoyens les plus exposés à l'insécurité alimentaire sur la planète. La situation est particulièrement problématique en Afrique subsaharienne, où la prévalence de la sous-alimentation chronique semble être passée de 20,8 à 22,7 % en un peu plus d'un an entre 2015 et 2016.[ii] Il est frappant de constater que l'Afrique et l'Asie ont ensemble supporté la plus grande part de toutes les formes de malnutrition en 2018, avec plus de neuf enfants présentant un retard de croissance sur dix, plus de neuf enfants sur dix sont déficients et près des trois quarts des enfants en surpoids dans le monde.[iii]

 

[i] IPBES (2018): The IPBES regional assessment report on biodiversity and ecosystem services for Africa. Archer, E. Dziba, L., Mulongoy, K. J., Maoela, M. A., and Walters, M. (eds.). Secretariat of the Intergovernmental SciencePolicy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services, Bonn, Germany.

[ii] FAO, 2017, Regional Overview of Food Security and Nutrition in Africa 2017. The Food Security and Nutrition– Conflict Nexus: Building Resilience for Food Security, Nutrition and Peace, Accra: Food and Agriculture Organization of the United Nations. Available at http://www.fao.org/3/a-i7967e.pdf.

[iii] FAO, IFAD, UNICEF, WFP and WHO, 2018, The State of Food Security and Nutrition in the World 2018. Building Climate Resilience for Food Security and Nutrition, Rome: FAO.

Transformer les systèmes alimentaires africains

Juxtaposé aux impacts prévus de la crise climatique sur la production alimentaire, les moyens de subsistance et la faim, ce sombre tableau devient encore plus inquiétant. Un réchauffement planétaire incontrôlé pourrait entraîner une augmentation permanente de la variabilité des rendements agricoles, une volatilité excessive des prix des denrées alimentaires et une perturbation perpétuelle des moyens de subsistance, exposant de nombreux pays et communautés pauvres à des problèmes de sécurité alimentaire potentiellement écrasants.

Impacts de la crise climatique sur le système alimentaire africain

Les tendances au réchauffement sont déjà évidentes sur le continent et il est signalé que la variation annuelle moyenne de la température en Afrique pourrait dépasser +2°C de niveaux 2000 d’ici 2100[1]. Les changements dans le régime des précipitations en un climat plus chaud ont également préoccupants, car il est probable que les fortes précipitations augmenteront et seront compensées par des événements moins nombreux et plus intenses. Cela se traduira par des périodes de sécheresse plus longues et un risque accru d'inondations. Même si les précipitations restent constantes, l’augmentation des températures amplifiera le stress hydrique, ce qui exercera une pression sur les systèmes agricoles, en particulier dans les zones semi-arides.

D’une manière générale, de tels changements sont susceptibles de réduire la productivité des céréales et des cultures pérennes de grande valeur, tandis que l’augmentation des températures pourrait faire baisser les rendements de 20 à 30 % d’ici 2080[2] et, selon une estimation, même jusqu’à 50 % au Soudan et au Sénégal.[3] Les systèmes basés sur le maïs en Afrique australe sont particulièrement vulnérables à la crise climatique, les pertes de rendement pour l’Afrique du Sud et le Zimbabwe étant actuellement estimées à plus de 30%.[4] On s’attend à une augmentation des parasites, des mauvaises herbes et des maladies, ainsi qu’à leurs effets néfastes sur les cultures et le bétail.

La vulnérabilité de l’Afrique à la crise climatique est en grande partie due aux systèmes agricoles qui restent sous-développés et alimentés par les pluies.[5] La majorité des agriculteurs sont de petits exploitants agricoles, avec peu de ressources financières, un accès limité aux infrastructures et un accès disparate à l’information. Ces systèmes agricoles sont très dépendants de leur environnement et les agriculteurs sont tributaires de l’agriculture pour leur subsistance. En même temps, et de ce fait, la diversité et la spécificité du contexte de leurs pratiques agricoles et l’existence de générations de savoirs traditionnels offrent des éléments de résilience face à la crise climatique. Dans l’ensemble, cependant, la combinaison de facteurs de stress et de moteurs climatiques et non climatiques exacerbera la vulnérabilité des agriculteurs.

L'AFRIQUE À +2°C : IMPACTS CLIMATIQUES ANTICIPÉS

AFRICA AT +2°C: ANTICIPATED CLIMATIC IMPACTS

AFRIQUE DU NORD

Des augmentations de température d’environ 2°C ont été observées au cours du XXe siècle. Au cours des dernières décennies, la température a augmenté d’environ 0,16 °C par décennie. L’augmentation de la température d’ici la fin du siècle devrait se situer entre 3,3°C et 6,5°C, par rapport à la période de référence 1961-1990, et être supérieure à la moyenne mondiale. Bien qu’il n’y ait pas de tendances claires en ce qui concerne les précipitations, elles devraient diminuer d’environ 16 % d'ici la fin du siècle.

AFRIQUE DE L'OUEST

Les températures en Afrique de l’Ouest ont augmenté rapidement au cours des 50 dernières années. La température annuelle moyenne a augmenté d'environ 2°C. D'ici 2100, les températures pourraient augmenter de 3 à 6,4 °C par rapport à la situation de référence de 1961-1990, ce qui est beaucoup plus élevé que la moyenne mondiale.

AFRIQUE CENTRALE

Bien que les observations soient rares, les modèles climatiques suggèrent une augmentation de 0,6°C au 20ème siècle. Les projections climatiques suggèrent des augmentations de température allant jusqu'à 5°C, par rapport aux valeurs de référence de 1960- 2000.

AFRIQUE DE L'EST

Les températures en Afrique de l'Est ont augmenté de 1,5 - 2°C au 20e siècle, et les modèles suggèrent qu’entre 2050 et 2100, le nombre de jours plus chauds que 2°C au-dessus de la moyenne de 1981- 2000 augmentera fortement en Afrique orientale équatoriale. La température devrait augmenter entre 2,7°C et 5,4°C au-dessus de la ligne de base 1961-1990 d'ici 2100.

AFRIQUE AUSTRALE

L’Afrique australe a connu une augmentation des températures allant jusqu’à 2°C au cours du siècle dernier. Le réchauffement le plus rapide a été observé après 1980. La température devrait continuer à augmenter tout au long du siècle, et devrait se situer entre 2,8°C et 6,3°C au-dessus du niveau de référence de 1961-1990

 

Ces prévisions sont corroborées par le fait que les changements de saison rendent déjà difficile le maintien de la productivité des petits et grands agriculteurs. En Afrique du Sud, 2016 a été marquée par une sécheresse de trois ans, la pire en 34 ans, et, dans la province du Cap-Occidental, la plus grave sécheresse de mémoire d’homme, qui a fait grimper les prix des denrées alimentaires à un niveau sans précédent.[6] Les sécheresses ont dévasté l’agriculture au Zimbabwe et en Zambie au cours de la même période. Avec le Malawi, ces pays ont été les plus touchés par les tendances au réchauffement et à la sécheresse de ces dernières décennies, et ont souffert de graves pénuries alimentaires au cours des dernières années.

Pistes pour assurer la sécurité alimentaire dans un contexte de changement climatique

Alors que la crise climatique continue de s’installer, nous devons réfléchir aux mesures de transformation qui peuvent être prises pour modifier l’alimentation des Africains vers une trajectoire où une alimentation saine et durable est disponible pour tous les citoyens, même sous le stress du changement climatique. Nous en abordons quelques-unes ci-dessous.

Reconnaître le rôle des femmes dans le système alimentaire

Un rapport de la FAO datant de 2016 suggère que si les agricultrices avaient le même accès aux ressources que les hommes, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde pourrait être réduit de 18 %.[7] Les petites exploitations agricoles féminines représentent près de 50% de la main-d’œuvre agricole subsaharienne, mais elles sont souvent mal prises en compte dans les politiques agricoles nationales.[8] En général, les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes par l’insécurité alimentaire et la malnutrition : bien qu’elles préparent jusqu’à 90 % des repas dans les ménages du monde entier, elles peuvent être les premières à manger moins pendant les périodes de soudure. Elles sont aussi particulièrement vulnérables aux effets de la crise climatique car elles supportent  une charge de responsabilité énorme - mais enregistrée de manière imprécise - pour l’agriculture de subsistance, dont la productivité sera probablement affectée par la crise climatique et la surexploitation des sols[9]. Nous devons reconnaître la violence, la pauvreté et l’injustice que les femmes subissent chaque jour.

Étant donné que l’accès à des aliments nutritifs est une condition nécessaire (bien qu’insuffisante) pour éradiquer la pauvreté, les conditions économiques doivent être transformées afin de garantir que les mères disposent des ressources nécessaires pour nourrir leurs enfants et leur famille et que le système agroalimentaire puisse fournir une alimentation saine, abordable et facilement accessible. Les gouvernements pourraient faire une  différence significative en éliminant la discrimination à l’égard des femmes et en s’assurant que toutes les politiques, programmes et projets tiennent compte des différents rôles et responsabilités des femmes et des hommes dans le système alimentaire et des contraintes auxquelles les femmes sont confrontées dans l’agriculture et, plus largement, dans la ruralité. Une participation accrue et plus efficace des femmes et l’utilisation de leurs connaissances, de leurs compétences et de leurs expériences feront progresser les objectifs de durabilité et de développement sur le continent.

S'attaquer à l’industrialisation de l’agriculture et du système alimentaire

Un petit nombre de grandes sociétés transnationales dominent aujourd’hui les chaînes de valeur africaines dans les secteurs de l’agriculture, de l’alimentation et des boissons, ainsi que dans des chaînes de distribution alimentaire spécifiques. Malheureusement, ce pouvoir économique s’est accompagné d’un énorme poids politique, de sorte que des politiques et des mécanismes de protection efficaces n’ont généralement pas été mis en place.

Par conséquent, le secteur des entreprises agricoles a pu influencer la gouvernance du système alimentaire en sa faveur. Cela menace la capacité de nombreux pays à développer et à réaliser le droit à l’alimentation de leur population. Une mauvaise réglementation a contribué à la marginalisation des cultures et de l’agro-industrie indigènes et a entraîné une saturation de l’environnement par des produits alimentaires et des boissons sucrées malsains, bon marché et ultra-traités.

La biodiversité qui est si essentielle à l'adaptation et à la résilience est menacée par la monoculture à grande échelle, les pesticides et la normalisation des semences et des cultures utilisés par l’agriculture industrielle[10]. En particulier, la promotion des produits agro- alimentaires génétiquement modifiés a créé une intégration verticale entre les semences, les pesticides et la production afin d’augmenter les profits  des entreprises. Quatre-vingt-cinq pour cent de toutes les plantations de cultures transgéniques sont des variétés de soja, de maïs et de coton qui ont été modifiées non pas « pour nourrir le monde ou améliorer la qualité des aliments », mais pour réduire les coûts des intrants et de la main-d’œuvre dans les systèmes de production à grande échelle.[11] La sécurité alimentaire ne se limite pas à produire suffisamment de calories et d’interactions agricoles : elle exige la disponibilité et l’accès à une alimentation saine et nourrissante. Des politiques économiques (telles que les subventions et les taxes) et une réglementation, beaucoup plus strictes sont nécessaires dans les chaînes de valeur alimentaires pour rendre les aliments sains moins chers et les aliments malsains plus chers.

 

L'AFRIQUE À +2°C : ÉVOLUTION PRÉVUE DES RENDEMENTS AGRICOLES

AFRICA AT +2°C: PROJECTED CHANGES TO AGRICULTURAL YIELDS

 

 

 

La figure montre les projections de pourcentage de changement dans les rendements de 11 principales cultures (blé, riz, maïs, millet, pois chiche, betterave à sucre, patate douce, soja la patate douce, le soja, l'arachide, soja, arachide, tournesol et colza) de 2046 à 2055, par rapport à 1996-2005. Les valeurs de variation des rendements sont la moyenne de trois scénarios d'émissions scénarios d'émissions sur cinq modèles  climatiques mondiaux, en supposant pas de fertilisation au CO2 (qui peut de la croissance des plantes et de l'efficience de l'utilisation de l'eau  concentrations ambiantes de CO2 plus élevées). D'importants impacts négatifs sur les rendements sont négatifs dans de nombreuses régions qui dépendent fortement de l'agriculture

 

Carte basée sur :

C. Muller (2010) Impacts du changement climatique sur les rendements agricoles, note de fond du Rapport sur le développement mondial 2010.

 

Comme cité dans Carty, T., Magrath,

J. 2013. Perturbation croissante : Le changement climatique, l'alimentation et la lutte contre la faim. Oxfam Issue Briefing. Oxfam GB : Oxford, Royaume-Uni

 

 

Des politiques économiques (telles que des subventions et des taxes) et une réglementation beaucoup plus fortes sont nécessaires dans les chaînes de valeur alimentaires pour rendre les aliments sains moins chers et les aliments malsains plus chers

Le rapport de l’ONU sur la situation et les perspectives économiques mondiales 2019[12] note que de nombreux pays poursuivent des politiques et des stratégies visant à réaliser le droit à l’alimentation, y compris des sous-systèmes de production d’aliments de base. Il reconnaît que certaines de ces stratégies peuvent ne pas être économiquement viables ou optimales pour la diversification et la transformation structurelle, mais n’exclut pas leur utilisation à des fins stratégiques et définies.

Ironiquement, l’état du secteur agricole est rarement le facteur principal lorsque les gouvernements examinent le soutien à lui apporter. L’identification de stratégies de soutien économiquement durables, sans parler de celles qui sont appropriées sur le plan environnemental et politique, est une tâche complexe. Toutefois, ces politiques doivent être adaptées au contexte local et refléter les besoins des agriculteurs locaux ainsi que l’éventail de leurs connaissances et de leurs méthodes. Leurs compétences sont    au cœur du potentiel de résilience du continent, et la perte de diversité associée à l’agriculture industrialisée doit être reconnue comme la menace qu’elle représente.

Renforcer le droit à l’alimentation

Les questions de la faim endémique et de la malnutrition en Afrique face à la crise climatique exigent un engagement et un dévouement sans faille. Les acteurs internationaux, régionaux et nationaux ont fait preuve d’une grande détermination. Des dispositions législatives et constitutionnelles qui garantissent le droit à l’alimentation pour tous, y compris un accès sûr à la terre et à l'eau, peuvent être établies et mises en œuvre dans les pays en développement.

Le droit à l’alimentation - comme d’autres droits économiques, sociaux et culturels - doit prendre la place qui lui revient dans la politique, dans les systèmes de droits de l'homme et dans l’esprit des gens. L’utilisation optimale des systèmes de surveillance des droits de l’homme disponibles requiert une action de soutien mutuel de la part des organisations de la société civile locales, nationales et internationales.

Ces dernières années, les institutions nationales des droits de l’homme comme la Commission sud-africaine des droits de l’homme (SAHRC) ont fait progresser de manière significative le dialogue sur le droit à l’alimentation. La mise en réseau et la coopération sont nécessaire pour la stratégie et l’efficacité mais également pour des raisons formelles. Par exemple, des institutions - comme la SAHRC et d’autres organisations de la société civile - qui ont un statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies peuvent soumettre des rapports parallèles au Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations unies. Elles peuvent également accréditer les militants de base qui souhaitent soumettre des informations au Comité concernant le bilan de leur gouvernement en matière de droits de l’homme.

La reconnaissance du droit à l’alimentation signifie que les gouvernements doivent tenir les promesses qu’ils ont faites d’aller vers le développement durable et de réduire la pauvreté. Dans ce contexte, les défenseurs des droits de l’homme doivent reconnaître que la sécurité alimentaire dans un monde à +2 °C est en fin de compte une question politique.

Se mobiliser pour une action climatique qui renforce les capacités de gouvernance et lutte contre la faim

Le déplacement du pouvoir des intérêts particuliers dans l’économie du statu quo nécessitera des mouvements de grande envergure. Pour atteindre l’ampleur de la mobilisation nécessaire, la lutte pour un avenir sobre en carbone doit s’inscrire dans les luttes pour les droits et l’égalité. Cela signifie qu’il faut mettre en place en Afrique un programme de lutte contre la pauvreté et les émissions de carbone qui ne se limite pas à la crise climatique, mais qui s’attaque également aux inégalités et à la faim.

L’agriculture n’est pas explicitement mentionnée dans l’accord de Paris de 2016, qui a fait date, pour faire face à la crise climatique, malgré les efforts déployés pour l’inclure. Cette situation préoccupe de nombreux pays africains, compte tenu du rôle essentiel que l’agriculture doit jouer dans le développement socioéconomique du continent. L’Afrique a tout de même généreusement accueilli l’accord de Paris, car c’est la première fois que la sécurité alimentaire apparaît dans un accord ou une entente mondiale sur le changement climatique. Lors de la COP24, qui s’est tenue en décembre 2018 à Katowice, en Pologne, la position commune de l’Afrique était que l’adaptation devait être au même niveau que l’atténuation, et la majorité des pays africains ont soumis leurs contributions nationales déterminées à la réduction mondiale des émissions de gaz à effet de serre. Ces contributions prévoient également les coûts nationaux de l’adaptation et de l’atténuation. Dans l’ensemble, les efforts d’adaptation de l’Afrique nécessiteront un financement conditionnel non national significatif s’ils doivent être mis en œuvre.[13]

Une réponse africaine à l’impact de la crise climatique sur le secteur agricole est fournie par la déclaration de Malabo de 2014 sur l’accélération de la croissance et de la transformation de l’agriculture pour une prospérité partagée et de meilleurs moyens de subsistance. La déclaration de Malabo insiste sur la nécessité de renforcer la résilience du secteur agricole africain - y compris les moyens de subsistance et les systèmes de production - face à la variabilité climatique et aux autres risques connexes. Proche d’une politique de souveraineté alimentaire, elle envisage les avantages d’un niveau plus élevé d’intégration régionale et d’une utilisation rationnelle des possibilités offertes par les marchés mondiaux.

La stratégie de mise en œuvre de Malabo et la feuille de route (IS&R) définit quatre domaines d’actions prioritaires, chacune visant à transformer l’agriculture dans le contexte d’une croissance inclusive soutenue.[14] Compte tenu de la forte présence des entreprises dans le secteur, l’attention particulière accordée par l’IS&R aux capacités des agriculteurs africains est encourageante. Dans un autre pas dans la bonne direction, ses objectifs de renforcement des capacités systémiques fournissent un cadre crédible pour traiter avec les principales parties prenantes et leurs relations avec les politiques économiques. La déclaration de Malabo prévoit que, d’ici 2025, au moins 30 % des ménages  africains  d’agriculteurs,  d’éleveurs  et  de  pêcheurs seront capables de résister aux risques liés au climat et aux conditions météorologiques. Malheureusement, sur les 47 États membres qui ont fait état de progrès dans la mise en œuvre de la déclaration, moins de 50 % sont en bonne voie pour respecter cet engagement.[15] Cela montre une fois de plus qu’il est impératif de donner à l’agriculture une place plus importante dans l’agenda politique.

Renforcer la mise en œuvre du programme politique de Malabo et répondre aux exigences d’adaptation et de résilience des négociations mondiales sur le changement climatique nécessiteront de s’attaquer aux principaux obstacles à l’adaptation. Il s’agit notamment de[16] :

  • l’insuffisance des infrastructures et des finances qui empêchent l’utilisation d’équipements de pointe dans les services météorologiques, ce qui signifie que les décideurs ne disposent pas de suffisamment de données et d’informations appropriées sur la variabilité et les changements climatiques, ainsi que sur leurs impacts
  • la faiblesse des structures et des institutions de gouvernance, associée à un manque de ressources humaines et de capacités, qui se traduit par une mauvaise coordination entre les organisations et les services concernés dans l’adaptation à la crise climatique, ainsi qu’une rupture, voire une absence totale, de communication des informations climatiques aux agriculteurs.
  • au niveau des ménages, il existe des obstacles financiers qui entravent l’adaptation, ainsi que des obstacles à la culture de plantes tolérantes à la sécheresse, tels que le manque d'acceptation, de disponibilité et de marchés prêts, qui sont à leur tour liés aux barrières socioculturelles, car les gens conservent leurs préférences pour les produits de base existants.

La société civile et les gouvernements doivent tous deux intervenir pour lever ces obstacles.[17]

 

La déclaration de Malabo prévoit que, d'ici à 2025, au moins 30 % des ménages africains d'agriculteurs, de pasteurs et de pêcheurs seront résilients face aux risques liés au climat et aux conditions météorologiques.

Conclusion

Pour assurer la sécurité alimentaire dans un  monde  à  +2 °C, il faut progresser simultanément dans l’éradication de la pauvreté, la réduction des inégalités, la garantie des droits aux  ressources, la promotion de moyens         de subsistance stables       et l’égalité des sexes. Les défis de la disparité mondiale et de la réalisation du droit à l’alimentation pour tous dans un contexte climatique très variable sont liés et ne peuvent être résolus séparément.

Les politiques d’adaptation et d’atténuation du réchauffement climatique doivent  être intégrées au programme    de développement pour lutter contre la pauvreté et la faim. Les effets de   la crise sont répandus, mais elles peuvent être moins importantes pour ceux qui ont une assurance ou la capacité d’adapter leurs activités. De nombreux ménages africains peuvent dépendre directement des ressources naturelles et de l’agriculture et ne seront pas en mesure de sortir de leurs problèmes ou de trouver les moyens financiers pour les résoudre. Ainsi, le continent sera confronté à des problèmes particuliers en raison de l’augmentation des températures et de l’impact des inondations et des sécheresses sur la production agricole, l’approvisionnement en eau, les maladies et les infrastructures, et les pauvres des zones rurales et urbaines seront les plus touchés.

.

.

 

.

 

 

 

[1] Niang I., Ruppel O.C., Abdrabo M. et al, 2014, Africa. In Barros V.R., Field C.B., Dokken D.J., et al (Eds), Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Part B: Regional Aspects. Contribution of Working Group II to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge: Cambridge University Press, 1199–1265

[2] Carty, T and Magrath, J. 2013. Growing Disruption: Climate change, food, and the fight against hunger. UK: Oxfam GB for Oxfam International..

[3] Cline, W., 2007, Global Warming and Agriculture: Impact Estimates by Country, Washington: Center for Global Development

[4] Schlenker, W, and Lobell, D.B., 2010, Robust Negative Impacts of Climate Change; Lobell, D. B. et al, 2008, Prioritizing Climate Change Adaptation Needs for Food Security in 2030, Science 319 607–10. on African Agriculture, Environmental Research Letters 5 (2010) 014010 (8pp). This is quoted from Pereira. 2017. Climate Change Impacts on Agriculture Across Africa, Oxford Research Encyclopedia of Environmental Science. Available at http://environmentalscience.oxfordre.com/view/10.1093/acrefore/97801993…

[5] Material in this paragraph heavily relies on Pereira, L., 2017, Climate Change Impacts on Agriculture Across Africa, Oxford Research Encyclopedia of Environmental Science. Available at http://environmentalscience.oxfordre. com/view/10.1093/acrefore/9780199389414.001.0001/acrefore-9780199389414-e-292

[6] Visser, W.P., 2018, A Perfect Storm: The Ramifications of Cape Town’s Drought Crisis, The Journal for Transdisciplinary Research in Southern Africa 14(1), a567. Available at https://doi.org/10.4102/td.v14i1.567

[7] Howell, O., 2016, How Empowering Women Could End World Hunger, Global Citizen, 11 August. Available at https://www.globalcitizen.org/en/content/how-empowering-women-could-end-world-hunger/

[8] Jayne, T., Yeboah, F. and Henry, C., 2017, The Future of Work in African Agriculture: Trends and Drivers of Change. Research Department Working Paper No. 25, International Labour Organisation (ILO). Available at https://www. ilo.org/global/research/publications/working-papers/WCMS_624872/lang--en/index.htm

[9] Quoted from Pereira. 2017. Climate Change Impacts on Agriculture Across Africa, Oxford Research Encyclopedia of Environmental Science. Available at http://environmentalscience.oxfordre.com/view/10.1093/acrefore/97801993…

[10] Ibid

[11] Fresco, L.O., 2003, Which Road Do We Take? Harnessing Genetic Resources and Making Use of Life Sciences: A New Contract for Sustainable Agriculture. In Towards Sustainable Agriculture for Developing Countries: Options from Life Sciences and Biotechnologies, EU Discussion Forum, Brussels, 30–31 January. Available at: http://www. fao.org/biotech/docs/fresco.pdf

[12] United Nations, 2019, World Economic Situation and Prospects 2019, New York: UN. Available at: https://unctad. org/en/PublicationsLibrary/wesp2019_en.pdf

[13] 17 UN Economic Commission for Africa, 2018, From COP21 to COP24 in Katowice: Paris Agreement – Africa’s Realities and Aspirations, 11 October. Available at https://www.uneca.org/stories/cop21-cop24-katowice-parisagreement-afric…

[14] African Union Commission, 2014, Malabo Declaration Implementation Strategy and Roadmap, 4. Available at https://www.resakss.org/node/5916

[15] African Union, 2018, Inaugural Biennial Report of the Commission on the Implementation of the June 2014 Malabo Declaration on Accelerated Agricultural Growth and Transformation for Shared Prosperity and Improved Livelihoods, Assembly Decision (Assembly/AU/2(XXIII)) of June 2014. Available at: https://au.int/sites/default/ files/documents/33005-doc-br_report_to_au_summit_draft_stc_eng.pdf

[16] The below is quoted from Pereira. 2017. Climate Change Impacts on Agriculture Across Africa, Oxford Research Encyclopedia of Environmental Science. Available at http://environmentalscience.oxfordre.com/view/10.1093/acrefore/97801993…

[17] 21 See Antwi-Agyei, P., Dougill, A. J., and Stringer, L. C., 2014