Mars 2019, un mois de Géantes au Sénégal

Mars 2019, un mois de Géantes au Sénégal

Au Sénégal, en Afrique, comme un peu partout à travers le monde, les femmes sont de grandes actrices dans les mouvements sociaux pour le droit à l’égalité mais aussi pour l’environnement ou pour la justice économique. Leur apport reste néanmoins peu reconnu ou célébré. 

Les Géantes Invisibles — Droits de création d'image

Le mois de mars 2019 a été celui des « Géantes » pour la Fondation Heinrich Böll, Bureau Dakar - Sénégal qui a eu le plaisir de participer à deux riches éditions des « Géantes Invisibles » avec Africans Rising

D’abord lors de la journée internationale des droits des femmes du 8 mars à l’occasion de laquelle six femmes sénégalaises et une artiste camerounaise, qui brillent de leur engagement envers leurs communautés, ont été célébrées, puis le 28 mars avec une autre édition au Centre Culturel Blaise Senghor. 

Le programme est développé par Africans Rising pour mettre la lumière sur ces femmes qui malgré l’excellent travail qu’elles accomplissent depuis des années dans le changement positif et durable de leurs communautés, restent souvent oubliées et à l’ombre. Les « Géantes Invisibles » sont une série d’activités avec des panels, parfois des expositions et/ou des diffusions de films qui se dérouleront tout au long de l’année en partenariat avec la Fondation Heinrich Böll.

Treize Géantes Invisibles ont été, en tout, célébrées tout au long du mois de mars par la Fondation Heinrich Böll, Bureau Dakar - Sénégal et Africans Rising. Les histoires ont été belles et poignantes, les témoignages chaleureux et touchants, tout à l’honneur de ces femmes dont le courage et leurs accomplissements méritent d’être portés à l’attention des audiences et du grand public.

A l’image de Katy Dione du Collectif des Femmes Protectrices de l'Environnement à Popenguine qui rappelait, dans les jardins de la Fondation Heinrich Böll à Dakar, que le parcours n’a pas toujours été de tout repos,

« …Beaucoup de femmes qui nous ont rejointes dans ce combat de reboisement ont failli se faire répudier par leur époux. On nous appelait les ‘sauvages’, on nous a prises pour des ‘folles’ car quand nos époux revenaient des champs pour se reposer, nous prenions leurs outils en cachette et partions dans la forêt dont nous reboisions les parties détruites. Ce qui nous a toujours retenues d’abandonner, c’était l’envie de laisser quelque chose à nos petits-enfants qui couraient le risque de ne jamais savoir ce à quoi ressemblerait une forêt…»

Les « Géantes » célébrées le 8 Mars 2019 sont :

- Fatou Samba, présidente du groupement des femmes transformatrices des produits halieutiques Khelkom de Bargny ;

- Katy Dione, du regroupement des Femmes de Popenguine pour la Protection de la Nature (RFPPN) ; 

- Binta Sarr, Présidente de l’Association pour la Promotion de la Femme Sénégalaise (APROFES) ; 

- Fatime Faye, féministe engagée, elle regroupe les femmes autour d’activités formatrices à Toubab Dialaw qui sont des prétextes pour renforcer la solidarité entre elles ;

- Hulo Guillabert, coordonne le collectif d’associations « Stop à la Mendicité des Enfants » qui mène un combat pour le respect des droits des enfants ; 

- Suzanne Badiane, pour sa cuisine, un service traiteur reconnu au niveau international notamment dans les festivals de musique en Belgique, depuis plus de 20 ans.

Un hommage spécial a été rendu à Ginette Flore Daleu, artiste camerounaise, qui toute sa vie a passionnément vécu son art au quotidien tout en partageant la culture bamiléké à travers le monde. Décédée récemment au Sénégal, elle avait participé au projet I BE LADY O en 2018.

Le 28 mars 2019, d’autres femmes toutes aussi lumineuses ont été célébrées, à savoir : 

- Marcia Thomas, Directrice de USA FOR AFRICA, elle travaille à apporter un soutien international à l’Afrique. Elle est également consultant au board du Musée de l’Holocauste Noir en Amérique. 

- Mame Awa Sow, Présidente du Réseau des Femmes Enseignantes de l’Académie de Kaolack depuis 2016. Nominée meilleure professeur craie en main du département de Guinguinéo dans le cadre du grand prix du Chef de l’Etat pour l’Enseignant en 2017.

- Opal Tometi, écrivaine, stratège et organisateur communautaire nigérian-américain basée à New York. Elle est la co-fondatrice de #BlackLivesMatter. On lui attribue le mérite d'avoir lancé la stratégie des médias sociaux au cours des premiers jours du projet qui a mené à la campagne dans un réseau d'environ 40 sections locales.

- Rama Thiam, Artiste et comédienne sénégalaise, elle fait partie des artistes qui ont marqué le théâtre radiophonique et les dramatiques, dans les années 70, 80 et 90 à l’ORTS devenue RTS. Après plus de 30 ans de carrière sur les planches, elle est aujourd’hui une figure reconnue par les plus jeunes à travers les publicités des marques de grande consommation sur les petits écrans sénégalais. 

- Gnilane Ndiaye, citoyenne sénégalaise originaire de Kaffrine. Actuellement âgée de 64 ans, mère de deux (2) enfants avec 35 ans d’expérience professionnelle passée à la Direction Générale des Impôts et des Domaines (DGID) du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (MEFP).

- Astou Diop Diagne, Economiste planificateur en genre et développement

Militante avérée du développement, de par son parcours et sa détermination, Mme Astou Diop Diagne a toujours œuvré, pour que le Sénégal soit au rendez-vous du donner et du recevoir tant au niveau national qu’international, et cela toujours dans un esprit de complémentarité, de solidarité et de justice. 

Comme elle le soulignera en recevant sa distinction de Géante Invisible, « l’activité participe à valoriser la potentialité de la femme ». 

Droits de création d'image

0 Commentaires

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire